Rechercher

«Soutenez-vous le projet Grand Retz ?»Notre réponse au Courrier du Pays de Retz en 1000 caractères.

Mis à jour : févr. 16

Notre position en détail et en plus de 1 000 caractères :

Le projet :

Le Super U actuel est vieillissant et son propriétaire, en tant que chef d’entreprise, a la volonté de redonner une dynamique à son commerce, c’est tout à fait légitime.

Le projet initial limitait l’arrivée de nouvelles enseignes à Grand Retz, par souci de protection du centre-ville, mais, désormais piloté par la Communauté de Communes, il est plus permissif sur ce point dans sa dernière version. La commission nationale d’aménagement commercial a rejeté le projet en fin 2019 remettant les compteurs à zéro et laissant le soin au promoteur de faire de nouvelles propositions.

Le centre-ville :

La désertification des centres-villes est un phénomène national auquel tous les bourgs comparables aux nôtres sont confrontés et, sur ce plan, Machecoul-saint-Même ne s’en tire pas si mal.

A quelques heureuses exceptions près, le commerce de bouche déserte le centre-ville pour laisser la place aux agences d’Interim, banques, assurances et opticiens, donc plutôt à des activités de service. Nous avons cependant la chance de disposer d’un supermarché alimentaire en plein centre (Netto) et d’un autre en proche périphérie (LidL).

Les 3 marchés hebdomadaires (le jeudi sous les halles de saint Même et le mercredi et le samedi à Machecoul) fonctionnent bien. Ils conjuguent une offre de qualité avec une animation bienvenue.

A contrario, le recours aux achats en ligne est de plus en plus fréquent et bouleverse les modèles de distribution traditionnels. Concrètement, cette tendance s’est traduite à Machecoul-saint-Même par l’arrivée d’un Leclerc Drive à la Seiglerie, un U drive au Super U et de points relais colis en centre-ville.

La multiplication des distributeurs automatiques (pain, pizzas, légumes…) est un autre phénomène et, s’ils apportent un service indéniable, ils ne favorisent pas la vie dans les bourgs ni le lien social apporté par un commerce vivant.

L’état et la région ont initié des dispositifs de soutien depuis déjà plusieurs années, même l’Europe propose des financements (fonds leader) pour soutenir l’activité commerciale dans les centre-bourgs. Hélas, aucune de ces possibilités n’a été utilisée par la municipalité sortante et les fonds européens sont allés vers d’autres communes plus dynamiques. L’association des commerçants s’est aussi mise en sommeil faute de trouver un interlocuteur constructif au plan municipal.

Les consommateurs :

D’une manière générale, au plan national, la désaffection pour les très grandes surfaces (Hypermarchés) semble se confirmer. Pour autant, le retour vers le commerce de proximité n’est pas encore acquis et nécessite d’être encouragé.

En ce qui concerne nos habitudes de consommation, faute de statistiques locales, on peut aussi dire sans risque de se tromper que nous sommes majoritairement de plus en plus vigilants sur la qualité et l’origine locale de nos achats alimentaires.

Notre position :

Nous ne sommes pas unanimes dans l’équipe à vouloir soutenir ce projet. Ceux d’entre nous qui mettent l’urgence environnementale en tête de leurs priorités (comment leur donner tort ?) considèrent plus sage de laisser le Super U au même endroit, en étudiant les possibilités d’extension sur place. Cette hypothèse est la moins impactante sur notre environnement mais elle a été écartée pour le moment, à tort ou à raison.

Elle devra être réévaluée sérieusement avant d’être définitivement repoussée.

L’attractivité de notre commune doit cependant rester un objectif majeur, nous devons accueillir de nouveaux habitants et leur proposer une offre commerciale variée, complète et compétitive pour éviter la désertification et le déclin de notre commune.

A n’en pas douter, disposer d’un centre commercial qualitatif, proposant une offre large de produits et d’enseignes permettrait de limiter les achats hors territoire, et donc favoriserait cette attractivité que nous cherchons à développer.

Notre proposition :

Nous réunirons rapidement les principaux acteurs du projet et les autres parties prenantes du commerce local pour construire avec eux un plan de développement commercial communal qui intégrera :

Une instance d’échange avec l’association des commerçants, qui doit se remobiliser, pour coopérer avec la municipalité dans l’intérêt de tous,

Le soutien au projet Grand Retz, sous une forme que nous aurons validée ensemble, et qui aura pris en compte les impacts environnementaux, économiques et urbanistiques du choix d’implantation.

Un plan ambitieux d’animation du centre-ville susceptible d’en faire un lieu de vie, de loisir et de consommation.

L’aménagement urbain, la circulation et le stationnement, le soutien au commerce de proximité et aux producteurs locaux, les marchés et animations divers devront s’inscrire dans cette réflexion globale pour que le projet soit porté collectivement.

48 vues

Posts récents

Voir tout

Merci

Les choses vont vite et je me rends compte que je ne vous ai pas encore remerciés de votre soutien. Soyez donc tous chaleureusement remerciés de vos messages, de vos participations de toute nature, de

Suivez nous ! :

  • Facebook

© 2023 par Almamater. Créé avec Wix.com