Rechercher

Question du CDPR concernant l'habitat.

Mis à jour : févr. 17

Question du CDPR :

« Certains projets d'urbanisme ne rencontrent pas de succès. En termes de développement de l’habitat, quelle sera votre politique ? »


Réveillons Machecoul-Saint-Même :

Avec 4400 emplois pour 3300 actifs, nous sommes le contraire d’une ville dortoir et nos voisins ont su tirer parti de ce dynamisme. Nos atouts pour convaincre les ménages de s’installer ici sont pourtant nombreux (écoles, emplois, loisirs, santé, associations …), ne manque qu’une offre de logement adaptée.

Pour retrouver une bonne croissance démographique, nous devons mettre au point une offre quantitative et qualitative, pour cela :

Trouver un accord avec la SELA pour reprendre en main notre offre de terrains au bénéfice de l’accession à la propriété, en particulier des jeunes actifs,

Rendre au quartier des bancs sa vocation initiale qui est d’offrir une solution pour le maintien à domicile de nos ainés,

Renforcer l’offre de terrains autour du bourg de Saint Même,

Favoriser l’aménagement des friches urbaines (ancien hôpital, terrains Chagnas…)

Sécuriser les liaisons entre les 2 bourgs et les zones d’activité (sport, loisirs, industrie, commerce, écoles),

Et enfin veiller à l’harmonie des choix architecturaux & à la conservation du patrimoine bâti.

Plus en détail :

Notre diagnostic :

Malgré les nombreux atouts de notre commune, la population de Machecoul-saint-Même stagne depuis plusieurs années, en décalage avec la croissance dynamique de Sainte Pazanne ou Saint Philbert de Grandlieu.

Si, depuis les années 1970, notre population avait cru à la même vitesse que dans ces deux communes, Machecoul-Saint-Même serait aujourd’hui une agglomération de 12 500 habitants !

Tout est cependant réuni pour attirer dans notre collectivité : emploi, écoles, équipements sportifs et culturels, dynamisme du monde associatif…

Autant d’atouts qui font la vie agréable dans notre commune, pour les jeunes parents et leurs enfants, comme pour les seniors.

Par contre, si le coût des terrains rend difficile l’arrivée de jeunes ménages à Machecoul-Saint-Même, les ménages plus âgés disposent en général d’un pouvoir d’achat supérieur, ou d’un patrimoine de départ qui leur permet de s’y installer.

En conséquence, la part des plus de 65 ans dans la commune est très supérieure à celle de nos voisins et à la moyenne du département.

Enfin, la pénurie d’offre de logements locatifs, très inférieure à la demande, en logement social aidé ou en le logement à loyer libre, est un facteur aggravant de cette situation.

La situation actuelle s’explique aussi par le coup d’arrêt imposé par l’équipe sortante sur les projets lancés précédemment. Ainsi la ZAC des Prés Neufs, qui devait permettre l’ouverture à la vente de 300 terrains constructibles a-t-elle été totalement stoppée sans explication.

Le quartier des Bancs, dont l’architecture ne plaisait pas a été d’abord retardé, avant de s’enliser dans le conflit actuel avec l’opérateur (la SELA).

La stratégie de l’équipe sortante n’a pas favorisé l’accroissement de la population, c’est un fait indéniable et regrettable à nos yeux.

Quelle ambition ?

Nous devons absolument combler cet écart entre le dynamisme économique du territoire, créateur d’emplois, et l’offre de logements.

Les salariés travaillant sur la commune doivent pouvoir trouver sur place la possibilité de s’installer, louer, puis acquérir un logement, bénéficier et faire bénéficier leurs enfants des nombreux services disponibles à portée de main et limiter ainsi les déplacements quotidiens.

Rapprocher le logement, du travail, des écoles et des loisirs, voilà un moyen simple de gagner du temps libre, d’économiser du carburant et de réduire son empreinte carbone, au bénéfice de sa qualité de vie !

Un objectif de 8 500 à 9 000 habitants à échéance 2030, soit une croissance moyenne de 1.25% à 2,00% par an environ est une ambition envisageable, qui permettrait de soutenir l’activité économique et le commerce, et de donner à notre commune la dynamique qu’elle mérite et dont elle a besoin.

Comment faire ?

Dans ce domaine comme dans de nombreux autres, les bases de la commune sont saines. Nos équipements collectifs sont dimensionnés pour accepter une croissance significative de la population (écoles, services, station d’épuration…).

La présence de la gare et nos connexions avec Nantes Métropole sont bonnes et permettent les trajets domicile-travail vers Nantes, Challans ou Saint Gilles dans de bonnes conditions.

L’offre scolaire est attractive et diverse, susceptible d’attirer les parents en recherche de bonnes conditions d’enseignement pour leurs enfants.

Tous ces atouts sont aujourd’hui présents mais méconnus. Ils sont surtout entravés par une offre insuffisante de logement et de terrains.

La fusion des deux communes, qui a été vécue parfois comme une contrainte, est une splendide opportunité pour retrouver le dynamisme perdu, en jouant sur la complémentarité des deux bourgs.

Le charme des bords du Tenu offre la tranquillité et la beauté des paysages, quand le centre-ville de Machecoul, plus urbain, apporte une offre de services, d’activités et de commerce très complémentaire dans sa diversité.

Il est donc temps de cesser de penser « les uns contre les autres » pour passer à un projet des « uns avec les autres ».

La nouvelle commune réunit les atouts des deux communes originales, ce doit être la base de l’action communale !


Notre proposition :

Développer l’offre :

Pour accueillir de nouveaux habitants, nous devons être en mesure de proposer des terrains constructibles à partir de 50 000€ pour 400 à 500 m² viabilisés. C’est l’offre accessible aujourd’hui dans les communes alentour.

Nous devons aussi densifier le centre-ville machecoulais en favorisant la construction de logements collectifs en social locatif et en accession libre.

Le quartier des Bancs doit aboutir conformément au projet initial pour favoriser le maintien à domicile de personnes âgées et offrir une alternative à l’EHPAD quand leur degré d’autonomie le permet.

La dernière tranche de Richebourg doit être mise en vente au plus vite (la tranche N°2 est totalement vendue d’après la SELA)

Les réserves foncières mobilisables doivent l’être en urgence pour prendre le relais d’une offre de terrains insuffisante (site Chagnas à étudier en particulier)

Les nouveaux modes de logements intergénérationnels apportent aussi des solutions ponctuelles qui permettent de résoudre simultanément l’isolement des personnes âgées et le besoin de logement des jeunes, ces solutions seront soutenues et encouragées.

Enfin, une révision complète du Plan Local d’Urbanisme est nécessaire et urgente car rien n’a été fait depuis la fusion et les PLU n’ont pas été rendus cohérents. Cette révision se fera en concertation avec la population et devra aboutir à un projet partagé de développement communal.

Une solution positive au désaccord avec la SELA est un préalable à beaucoup de ces actions et sera une priorité du prochain mandat.


0 vue

Suivez nous ! :

  • Facebook

© 2023 par Almamater. Créé avec Wix.com